Ce qui est arrivé par la peinture — Écrits et entretiens 1953-2006

De Simon Hantaï (1922-2008), on ne retient habituellement que les peintures éclatantes nées à partir de 1960 du « pliage comme méthode » et son attitude, si hors du commun aujourd’hui, de repli silencieux à l’égard du monde de l’art et de son marché. Cela revient à occulter un peu vite que son œuvre s’élabore à Paris dès 1948 et qu’elle a été régulièrement accompagnée de déclarations et de prises de position parfois polémiques constituant dans leur ensemble un constant effort de saisie par la pensée de ce qui est arrivé par la peinture.
Nourrie de sa fréquentation des peintres, poètes ou philosophes amis, des surréalistes amis puis ennemis, des œuvres passées et de celles toujours présentes de Cézanne, de Pollock, de Matisse et aussi de Michaux, son interrogation stupéfaite de l’art nous est un guide précieux pour lire sa peinture.
Ce recueil de textes et entretiens rares ou inédits de 1953 à 2006 permet de reconstituer les multiples fils de cette pensée qui s’élabore à même la matière picturale.

Date de publication : 18 février 2022
Format : 16 x 20 cm
Nombre de pages : 296
ISBN : 978-2-85035-062-7
Prix : 25 €

En considérant l’ensemble des textes et entretiens de ce recueil, le mot Réexamen semble à la fois approprié pour désigner ce que ce livre entend offrir au lecteur — l’occasion d’un réexamen de ce qu’un peintre a écrit et dit conjointement à ce qu’il a peint — et adéquat à ce que Simon Hantaï lui-même a incarné au cours de son existence : une résolution à se réexaminer sans trêve et quelles qu’en soient les conséquences. Il s’agit non seulement pour lui de considérer la peinture avec une attention toute particulière qui conduit à ne jamais s’en satisfaire mais, en outre, d’être habité par une incertitude qui motive ce réexamen proprement interminable.
Les textes et entretiens réunis ci-après, nous permettent de suivre et sans doute de mieux comprendre ce qui se passe avec les peintures que Simon Hantaï met en circulation depuis qu’il s’est exilé à Paris à partir de septembre 1948 et qu’il entre ensuite en contact avec André Breton et les surréalistes.
Par comprendre la peinture de Simon Hantaï, il ne faut naturellement pas entendre que les diverses déclarations qui suivent et qui courent sur cinquante années vont rendre les gestes de ce peintre transparents ou évidents. Il ne tenait pas à ce qu’ils le soient pour lui-même. Celui qui va revendiquer le pliage comme « méthode » à compter de 1960 entend rompre avec l’ancienne logique picturale et recommencer une activité apparemment plus simple en pliant des toiles. Hantaï suit sa méthode du pliage pour découvrir du nouveau, plutôt que des variations d’un imaginaire qu’il estime éculé.
« Je ne veux pas une réponse qui m’assure quelque chose, je ne veux justement aucune réponse, je veux l’absolu non-réponse, c’est-à-dire l’infini. » À la lecture de ces textes et entretiens, on entrera mieux dans une pensée de la peinture ayant permis la mise à jour de la conscience du peintre lui-même, ce qui ne garantit pas pour autant qu’on saura mieux regarder cette peinture…

Ouvrage réalisé en collaboration avec les Archives Simon Hantaï et publié avec le concours de la galerie Gagosian et de la Pearl Collection.

Les auteurs

Simon Hantaï (1922 - 2008) est un peintre né en Hongrie puis installé en France en 1948. Il est considéré comme une figure majeure de l’abstraction, ayant produit une œuvre multiforme marquée, à partir de 1960, par l’utilisation du «  pliage comme méthode  ».
Bio-bibliographies et sélection d’œuvres sur le site des Archives Hantaï.

Écrits d’artistes

Passé le moment des avant-gardes, la discussion sur l’art est abandonnée aux professionnels du discours, et l’on oublierait presque que les artistes sont les premiers à penser leur pratique, que la peinture et la sculpture pensent. Réflexions, propos, notes, journaux, correspondances ou entretiens : la collection « Écrits d’artistes » entend actualiser ce fonds d’une grande richesse, bien souvent ignoré, pour donner à entendre la voix des praticiens de l’art.

Once the moment of the avant-garde is gone, discussions on art are left to the speech professionals. Then, one could nearly forget that artists are the first to consider their practice, that painting and sculpture think. Reflections, remarks, notes, diaries, correspondences or interviews : the collection “Writings by artists” aims to update this considerable fund, frequently ignored, to give a voice to the practitioners of art.